Présentation et partage d'infos sur notre Eglise

Le Chat de Schrödinger

Un ami physicien m’a posé comme défi un jour d’expliquer de manière simple le paradoxe du chat de Schrödinger. Il s’agit d’une expérience imaginaire dans laquelle on met un chat dans une boîte et on demande à quelqu’un de deviner si le chat est mort ou vivant. A l’intérieur de la boîte, la désintégration d’un atome d’un corps radioactif peut déclencher la mort du chat à tout moment.

L’expérience n’a jamais été réalisée, fort heureusement, étant donné que la cause des droits des animaux a désormais évolué de manière positive. Personne n’oserait de nos jours mettre en péril la vie d’un animal, surtout si ce n’est pas pour le manger. Et puis doit-on choisir un chat de race ou un chat de gouttière ? Sain ou en fin de vie ? Mâle ou femelle ? La mécanique quantique s’intéresse peu ou prou à ces questions morales. Elle affirme simplement qu’elle ne peut pas savoir si le chat est mort ou vivant si on n’ouvre pas la boîte (on paye des gens pour dire ça ?). Mieux encore, elle dit qu’à l’intérieur le chat est mort et vivant en même temps.

Comment cela est-il possible ? La Parole de Dieu fait pourtant le même constat que la mécanique quantique : « Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. » (Jean 11 : 25). Nous, les êtres humains nous ne sommes pas des particules sous-atomiques, mais nous partageons avec elles ce principe universel : il est possible d’être mort et vivant en même temps, à condition que nous soyons ancrés dans la foi de celui qui a vaincu la mort.

Mon ami le physicien n’est plus dans ce monde. Avant même de réaliser son départ, d’autres amis partent aussi, tels des particules qui changent d’état quantique. Leur Créateur a ouvert leur boîte, en levant pour eux le voile de toutes leurs incertitudes. Mais pour nous, observateurs du monde physique externe aux boîtes, le mystère de la vie reste entier. La beauté de la condition humaine ne réside pas dans le fait de résoudre ce mystère, mais, hélas, de le vivre. Et pour ceux qui ont choisi l’espérance, de le célébrer.