Présentation et partage d'infos sur notre Eglise

A quoi tu penses?

Bonjour à tous. L’été ne rime pas forcément avec vacances. La plupart des gens travaillent même pendant l’été. Mais pour beaucoup d’entre nous il va y avoir quand même une ou plusieurs semaines de congés durant cette période estivale. Et là on ne parle plus de travail, on parle essentiellement de loisirs.

Et c’est même quelque chose qui qualifie la société moderne qu’on appelle parfois « société des loisirs ». Et voici le tout premier paragraphe d’un rapport de recherche de l’IREDIC, Institut de Recherche en Droit de l’Information et de la Communication, ce rapport date de Mai 2008 : « Cette expansion de la société des loisirs est notamment le résultat de la baisse du temps de travail, mais c’est également la conséquence logique de la démocratisation de l’éducation, de la culture et du sport. Ainsi si le phénomène du loisir n’est pas nouveau, il était réservé aux classes non laborieuses et ce n’est qu’avec l’arrivée du temps libre qu’il s’adresse à l’entière population. Le loisir apparaît donc comme un élément qui permet de remplir l’ennui et de contrebalancer le travail. Mais au-delà d’être un temps récréatif, le loisir peut-être un symbole d’émancipation et d’affirmation de soi. »

En gros, ce rapport nous dit que les loisirs prennent une place importante de nos vies parce que nous avons le temps de les pratiquer. Et ces loisirs prennent une place tellement importante de nos vies modernes qu’ils deviennent une manière d’affirmer qui nous sommes, de nous définir, de nous épanouir.

Les loisirs sont une chose primordiale aujourd’hui, mais c’est très récent. A l’époque biblique par exemple on ne parlait pas de loisirs, ou très peu. La Bible parle un peu de sport, un peu de musique. Mais la lecture, le cinéma, la mode, le tourisme, le jeu vidéo, ou le jeu tout court, la Bible n’en parle pas. Pourtant tous ces loisirs peuvent prendre une part importante de nos vies, et ils participent même à nous définir, à nous épanouir. Alors nous avons besoin que la Parole de Dieu nous conduise également sur ce sujet. Est-ce qu’il y a des bons ou des mauvais loisirs ? Ou est-ce qu’il y a plutôt une bonne ou une mauvaise manière de pratiquer nos loisirs ?

Et heureusement pour nous, même si la Bible ne parle pas directement de loisirs, on trouve quand même quelques exhortations utiles pour nous dans ce domaine. Et nous allons donc lire plusieurs textes ce matin en commençant par un verset dans l’épître de Paul aux Philippiens, au chapitre 4, le verset 8.

Lecture Philippiens 4.8.

  • Nourrir nos pensées avant l’obéissance.

Ce verset nous rappelle avant tout l’importance de la pensée et de ce avec quoi nous la nourrissons. Parce que la pensée, c’est ce qui va déterminer nos paroles et nos actions. Je sais que parfois on parle d’agir « sans réfléchir ». On dit ça pour les paroles ou les actes qui n’ont pas forcément été guidés par notre pensée consciente.

Mais d’habitude quand on dit ou qu’on fait une chose, on l’a réfléchi, on l’a pensé dans notre tête. Alors si nos actes et nos paroles découlent de notre pensée, il est important de bien nourrir notre pensée pour qu’en découlent de bon actes et de bonnes paroles.

Notre verset nous parle de nourrir nos pensée avec ce qui est « digne d’amour ou d’approbation, ce qui mérite respect et louange ». Ca veut donc dire qu’il nous faut discerner, dans notre monde, ce qui est digne d’approbation et de respect, et ce qui ne l’est pas. Il nous faut avoir un regard critique sur notre monde. Il ne faut pas gober l’avis du monde comme si c’est ça qui définissait ce qui est « vrai, noble, juste, pur et digne d’amour ». Ce n’est pas parce que notre entourage, nos collègues, ou nos amis de lycée ou de collège considèrent une chose comme fun, classe ou géniale, que cette chose devient bonne. Elle est juste populaire, pas forcément bonne.

Il nous faut discerner dans notre vie ce qui va pouvoir nourrir notre pensée dans l’amour afin que nos paroles et nos actes puissent ensuite refléter cet amour.

Mais alors avec quoi est-ce qu’on peut nourrir notre pensée pour arriver à discerner correctement les choses pour enfin agir avec amour ? C’est en fait ce que Paul développe plus en profondeur dans son épître aux Éphésiens, au chapitre 4, les versets 17 à 24.

Lecture Éphésiens 4.17-24.

Avant de rencontrer le Seigneur, nous suivions une sagesse et des pensées vides de sens, la sagesse de ce monde qui pense pouvoir affirmer de lui-même ce qu’est le bien. Notre texte nous dit que c’est le résultat de l’ignorance, lorsqu’on ne connait pas Dieu, on ne peut pas connaitre sa volonté pour nous, et donc on ne connait pas ce qui est bien. Et d’après notre texte c’est ce qui entraîne la perte de sens moral que nous pouvons observer un peu partout.

Mais nous, nous ne sommes pas dans l’ignorance. Alors pas de quoi se croire supérieurs, parce qu’on a rien mérité du tout, c’est juste un cadeau que Dieu nous a fait. Mais Dieu s’est révélé à nous en Jésus-Christ. Nous avons compris qui est le Christ, nous avons compris que la vérité vient du Christ. Il est le chemin, la vérité et la vie. C’est lui et lui seul qui peut nous sauver puis nous guider dans la vérité, dans le bien, dans ce qui est bon.

Et notre texte nous appelle à nous débarrasser de notre ancienne manière de penser basée sur la sagesse du monde, pour que notre pensée soit renouvelée par la vérité du Christ.

Avec Dieu, en lisant sa Parole, c’est pas que notre avis sur les choses qui change. Le but c’est pas tout à coup de dire « ça c’est bon, ça c’est mauvais ». La Bible ne donne pas une liste de bonne conduite à suivre, un classement de ce qui est bon ou mauvais. Mais par notre relation à Dieu, et nourris de la Parole de Dieu, c’est toute notre vision du monde qui change. On ne voit plus le monde de la même manière parce que la base de notre pensée change. On ne réfléchit plus sur la base de la fausse sagesse de ce monde, mais sur la base solide de la vérité du Christ.

Paul nous demandait de nourrir notre pensée de ce qui est « vrai, noble, juste et pur ». Et bien il n’y a que la Parole de Dieu qui réunisse tous ces critères.

Dans ces textes, Paul n’est pas en train de nous dire si des choses de ce monde sont bonnes ou mauvaises. Mais il nous affirme que pour discerner la vérité sur ce monde, il nous faut avant tout nous nourrir de la Parole de Dieu. Parce que c’est elle qui va pouvoir nourrir notre pensée pour pouvoir discerner et agir comme Dieu le désire.

  • Que nos pensées produisent des actes d’amour.

Lire la Bible, régulièrement, quotidiennement. Je sais, c’est presque un refrain qu’on entend depuis qu’on est petit, comme ce chant pour les enfants, je sais pas si vous le connaissez « Lis ta Bible et prie chaque jour, prie chaque jour, prie chaque jour ».

C’est comme une petite rengaine, lire la Bible et prier régulièrement, quotidiennement. Mais si on en revient toujours à ça, c’est parce que c’est la base ! Lire la Bible et passer du temps dans la prière, c’est ce qui nous permet de développer notre relation à Dieu. C’est ce qui va contribuer à nourrir notre pensée. C’est ce qui va changer notre vision du monde. C’est ce qui va nous amener à agir dans l’amour. C’est la base !

Alors pourquoi est-ce qu’on a autant de mal avec ça ? On passe bien plus facilement du temps à pratiquer nos loisirs qu’à lire la Bible. Alors que si nous voulons discerner comment bien pratiquer nos loisirs, comment bien vivre notre vie, il nous faut avant tout nourrir notre pensée avec la Parole de Dieu.

Vous savez, je ne pense pas qu’il y ait de bons ou de mauvais loisirs. Mais je pense qu’il y a de bonnes ou de mauvaises manières de pratiquer un loisir. Un peu comme le sketch des Inconnus sur les chasseurs, où on leur pose la question « C’est quoi la différence entre un bon et un mauvais chasseur ? Alors le mauvais chasseur, il voit un truc qui bouge, et il tire. Alors que le bon chasseur, il voit un truc qui bouge, bon il tire, mais c’est un bon chasseur ».

Dans un autre sketch ils ont fait pareil avec le hard rock. Ils demandent la différence entre du bon et du mauvais hard rock. Et ils répondent « Le mauvais hard rock, c’est le mec qui prend sa guitare, et ça crache quoi. Alors que le bon hard rock, c’est le mec qui prend sa guitare, ça crache mais c’est du bon hard rock ».

Ca parait débile, mais c’est vrai ! Bien souvent ce qui fait la différence entre une chose bonne ou mauvaise, c’est pas la chose en elle-même, mais c’est la manière dont on va la pratiquer. C’est ce qui va motiver nos actes.

Un exemple. En ce moment, on ne parle que d’un loisir, le foot, avec la finale tant attendue de ce soir. Allez les bleus ! Mais qu’est-ce qui va faire la différence entre pratiquer le foot dans le bien ou pas ? C’est pas le principe qui va changer, on tape toujours dans un ballon pour marquer des buts. Mais c’est ce qui va nourrir notre manière de pratiquer ce loisir. Est-ce que je joue pour ma gloire personnelle, pour mon plaisir, pour mon épanouissement, selon la tactique que je désire, pour moi ? Ou est-ce que je me mets au service d’un collectif, au service du plaisir des autres, du niveau des autres, de la progression de l’équipe.

On peut dire la même chose des jeux de société. Je pense qu’on connait tous ce qu’on appelle des « mauvais perdants ». Des personnes qui jouent dans le seul but d’avoir la satisfaction de gagner. Qui ne jouent pas en pensant également au plaisir des autres, à l’ambiance générale, à l’épanouissement de chacun. Je parle pas de laisser les autres gagner, de s’écraser, de s’effacer totalement. Mais de ne pas viser QUE ce qui me concerne moi. Mais pouvoir penser à l’autre par amour pour lui.

Alors ok j’ai parlé jusque là de loisirs qu’on pratique à plusieurs. Et là c’est assez facile de se dire qu’on peut les pratiquer en pensant à l’autre dans l’amour. Mais les loisirs individuels dans tout ça ? Comme la lecture, le cinéma, ou certains jeux vidéos ?

Et bien à ce sujet, ce weekend, quelques ados de notre église passent le weekend chez mon épouse et moi-même pour 2 jours 100% jeux vidéos. Et bien c’est exactement la même chose. Le jeu vidéo n’est pas mauvais en soi. Et même s’il est souvent considéré comme un loisir individuel, ce qui est souvent est faux on le pratique la plupart du temps à plusieurs que ce soit dans la même pièce ou en ligne, et bien je ne suis pas obligé de le pratiquer dans une optique purement individuelle. Effectivement je peux chercher juste mon plaisir et ma réussite. Si on le pratique comme ça, je vous raconte pas les crises qu’on peut piquer lorsque ça fait 3h qu’on essaie de franchir un boss de fin de niveau et qu’on y arrive pas. Mais si jamais je pratique le jeu vidéo en me disant qu’en plus de me faire plaisir ça peut m’aider à travailler ma patience, la maîtrise de moi-même, la persévérance dans la difficulté, la douceur même dans un contexte assez stressant. Là je suis en train de le pratiquer en pensant à ce que je vais pouvoir être pour les autres par la suite. Parce que la patience, la douceur et la maîtrise de soi, c’est pas quelque chose que je travaille pour moi uniquement, mais surtout par amour pour les autres.

Si on se base sur la Parole de Dieu, qui devient la nourriture principale de notre pensée, et dont le message est un appel à l’amour de Dieu et à l’amour du prochain, alors on se rend compte qu’il n’y a pas forcément de bonnes ou de mauvaises choses. Mais plutôt de bonnes ou de mauvaises manières de pratiquer ces choses. Et d’ailleurs si nous lisons la suite du texte d’Éphésiens 4 entamé tout à l’heure, on s’en rend compte, parce que voici ce que nous dit Paul.

Lecture Éphésiens 4.25-5.2a.

Paul n’est pas en train de nous dire « fais pas ci, fais pas ça », mais « ne le fais pas comme ça ». Dans ta vie, que tes actes et tes paroles ne soient pas dirigés par l’amertume, la colère, l’irritation. Ne blesse pas les autres par des insultes ou des paroles dures. Mais en toute chose, TOUTE, que ce soit le travail, les relations sociales ou les loisirs, « que toute votre vie soit dirigée par l’amour, comme cela a été le cas pour le Christ ».

Conclusion.

Cet été vous allez surement prendre du temps pour vous-mêmes. Pour votre repos, votre plaisir personnel, vos loisirs je pense également. Et peut-être que vous vous posez la question de « quels loisirs sont bons ou mauvais » ?

Et bien à la place, posez-vous plutôt les questions suivantes : « Avec quoi est-ce que je nourris principalement mes pensées ? Est-ce que même dans ces temps de repos je prends le temps de me nourrir de la Parole de Dieu ? Et ensuite, sur la base de l’amour que produit en moi notre Seigneur, comment est-ce que je vis l’intégralité de ma vie, et donc comment est-ce que je pratique mes loisirs ? ».

Et j’aimerais terminer par cet exhortation de l’apôtre Pierre en 1 Pierre chapitre 2 au verset 12.

Lecture 1 Pierre 2.12.

Que notre vie entière, nourrie de la Parole de Dieu et vécue dans l’amour du Christ puisse être un témoignage rendu à notre Seigneur. Amen.

0 Comments

Add a Comment