Présentation et partage d'infos sur notre Eglise

Le vouloir et le faire

Cette prédication se faisait dans le cadre d’un weekend d’évangélisation sur Cannes et Antibes. Nous recevions 2 groupes d’artistes évangéliques pour l’occasion : Heroic Nation, groupe français venant de Pau qui venait de nous conduire dans la louange et que nous avons accompagné le dimanche après-midi à Antibes pour une après-midi d’évangélisation ; No Longer Music, groupe de missionnaires de différentes nationalités avec lesquels nous organisions un concert d’évangélisation le lundi soir dans les rues de Cannes.

Pour venir uniquement appuyer bibliquement tout ce que nos amis d’Heroic Nation ont pu nous apporter déjà ce matin, j’aimerais que nous regardions ensemble un texte pour en tirer quelques enseignements pour nous. Ca sera pas très long, vu que notre culte est déjà chargé en plein de belles et bonnes choses, mais c’est ce que j’ai à cœur de vous apporter. Ce qu’on va voir ensemble est dans la continuité de la série de prédication que j’ai entamée il y a quelques temps sur le thème du Saint-Esprit. Et ce texte se trouve dans l’épître de Paul aux Philippiens, au chapitre 2, les versets 12 à 15.

Lecture Philippiens 2.12-16a.

Et de ce texte, j’aimerais tirer 4 enseignements pour nous ce matin.

  • Faire fructifier notre salut.

Le premier, c’est cette exhortation un peu étrange : « faites donc fructifier votre salut ».

C’est une phrase un peu étrange, alors avant de réfléchi à ce que ça veut dire, on va lire ensemble également une parabole qui nous est racontée en Matthieu chapitre 25. Ca peut nous éclairer.

Lecture Matthieu 25.14-30.

Ce que nous raconte cette histoire, c’est que les cadeaux de Dieu sont des choses très précieuses, qu’il ne faut pas gaspiller. Lorsque Dieu fait un cadeau, il ne le fait pas pour qu’on le garde dans un coin, juste pour soi, qu’on l’enterre, et qu’il ne serve à rien. Mais Dieu désire que l’on travaille à partir de ces cadeaux pour qu’il en sorte des choses encore plus grandes.

Le cadeau qu’il faut faire fructifier, dont nous parle le Christ dans cette parabole, ou dont nous parle Paul en Philippiens 2, ce ne sont pas les biens matériels, ce n’est pas de l’argent ou de l’or. Mais c’est notre salut. « Faites donc fructifier votre salut » nous dit l’apôtre Paul.

Il veut dire par là que le cadeau que Dieu nous fait, ce salut en Jésus-Christ, nous ne devons pas en faire uniquement l’objet de notre joie personnelle. De notre paix individuelle. Mais il nous faut mettre notre salut en pratique pour qu’à partir de ce cadeau de Dieu, des choses plus grandes encore que notre simple salut puissent apparaitre.

Cette phrase est quand même étrange, parce que voici la définition du mot « fructifier » : Produire des résultats avantageux, profitables, des bénéfices. C’est un terme qu’on emploi souvent dans le vocabulaire financier ou dans le monde des affaires. C’est pas un mot qu’on a l’habitude d’entendre lorsqu’on parle du salut en Jésus-Christ.

Et pourquoi est-ce qu’on n’en a pas l’habitude ? Parce que le salut en Jésus-Christ, c’est une grâce de Dieu, c’est un cadeau gratuit que Dieu nous donne. C’est pas quelque chose qu’on mérite, c’est pas quelque chose qu’on gagne, c’est pas quelque chose qu’on obtient. C’est pas un bien qui nous appartient. C’est quelque chose qu’on reçoit de Dieu, tout simplement. Et ce cadeau, si chaque être humain le reçoit directement de Dieu, comment est-ce qu’on peut parler de le faire fructifier ?

Comment est-ce que ce salut qui est déjà parfait pourrait devenir quelque chose de plus grand encore ? Et bien cette question on y répondra plus tard. En attendant, on poursuit l’étude de notre texte.

  • Avec crainte et respect.

Et le deuxième enseignement que je retire de ce texte vient de ce que Paul reconnait que faire fructifier son salut, quoi que ce soit, c’est pas facile. Parce qu’il nous demande de le faire « sans nous plaindre et sans discuter » mais en même temps il reconnait que ça sera « avec crainte et respect ».

Cette crainte et ce respect, c’est déjà ceux qu’il nous avoir envers notre Dieu, qui nous fait ce cadeau du salut. On dit que Dieu est « notre Père », et on a raison de le dire parce qu’on a auprès de lui la même liberté que des enfants envers leurs parents. Mais si ce statut « d’enfants de Dieu » nous donne une grande liberté, ça n’enlève en rien notre devoir de respect envers ce Père qui reste aussi notre Dieu.

Dans la Bible, « honorer son père et sa mère » fait partie des 10 commandements. C’est dire toute l’importance que Dieu accorde au respect des parents. Pigé les ados ?

Mais lui qui est « notre Père » reste en plus « notre Dieu ». Et si nous pouvons nous approcher de lui effectivement avec une liberté immense, il ne faut pas en oublier le respect du à « notre Père », et la crainte dans le sens positif du terme que doit nous inspirer « notre Dieu ».

Ce salut que Dieu nous donne, il nous faut le faire fructifier avec crainte et respect. Parce que si le Seigneur prend la peine de nous faire un cadeau qui lui a couté la vie de son fils, ne pas faire fructifier ce cadeau serait un manque de respect incroyable envers ce Dieu qui a payé ce cadeau le prix fort.

Imaginez-vous à la place du serviteur de la parabole. Le serviteur a reçu seulement 1 lingot d’or, et le maître est outré de ce qu’il n’en a rien fait. Mais nous, nous avons reçu un cadeau dont le prix est la vie du fils de Dieu ! Alors imaginez-vous vous présenter devant Dieu. Et lorsqu’il vous demandera « qu’est-ce que tu as fait avec ce cadeau ? », quelle sera notre bilan ? Est-ce que si on fait ce bilan, Dieu nous dira comme aux 2 serviteurs fidèles « Très bien, tu es un bon serviteur, en qui l’on peut avoir confiance. Tu t’es montré fidèle en peu de choses. C’est pourquoi je t’en confierai de plus importantes. Viens partager la joie de ton maître ! » ? Ou bien est-ce qu’il nous dira comme au 3ème serviteur « Vaurien ! Fainéant ! » ?

Oui, c’est avec crainte et respect pour notre Dieu qu’il nous faut faire fructifier notre salut. Mais si on ne parle que de crainte, on peut finir par être terrifié, paralysé par la peur. Comme ce 3ème serviteur qui dit à son maître « j’ai pris peur et je suis allé cacher ton argent dans la terre. ».

  • Le vouloir et le faire dans un projet d’amour.

Et ça Dieu ne le veut pas. Il sait que cette tâche est trop grande pour nous. Il sait qu’on peut en venir à avoir peur et se cacher plutôt que de faire fructifier notre salut.

C’est pour cela qu’il vient à notre aide. Et c’est là que nous rejoignons le thème de l’œuvre du Saint-Esprit. Parce que nous dit l’apôtre Paul : « c’est Dieu lui-même qui agit en vous, pour produire à la fois le vouloir et le faire conformément à son projet plein d’amour. ».

Dieu veut que nous lui obéissions avec crainte et respect, sans nous plaindre et sans discuter. Mais il est avant tout un Dieu qui aime ses enfants, qui ne leur impose pas de fardeau trop lourd à porter. Alors comme la tâche qu’il nous confie est immense, et bien Dieu nous donne son Esprit. Et cet Esprit de Dieu en nous va venir renouveler nos forces, il va encourager notre cœur, il va nous donner la foi et le zèle pour avancer dans sa volonté pour nous même quand ça parait impossible. Il va nous donner le « vouloir » !

Mais c’est pas tout. Parce qu’en plus de ça, il va nous équiper, nous donner les dons nécessaires afin de faire sa volonté. Il va nous permettre d’y arriver. Il va nous permettre d’agir. Il va nous donner le faire.

Vous savez, dans la parabole qu’on a lue tout à l’heure, y a une phrase au début sur laquelle on passe souvent très vite. On parle beaucoup de la responsabilité des serviteurs, de la crainte du maître, de la sanction qui attend le serviteur infidèle. Mais regardez ce qui est écrit au début. « Il remit à l’un cinq lingots, à un autre deux, et à un troisième un seul, en tenant compte des capacités personnelles de chacun. ». Dieu nous assigne une tâche, pas forcément tous la même ou à la même échelle, mais à chacun il accorde des dons, des capacités, et la tâche qu’il attend de nous dépend de ces capacités qu’il nous donne. Vous voyez qu’on revient encore et toujours, dimanche après dimanche, sur cette place centrale des dons que nous accorde l’Esprit de Dieu, pour discerner quelle est cette tâche qu’il assigne à chacun.

Dieu produit en nous le vouloir et le faire par son Esprit. C’est déjà bien plus rassurant que de la simple obéissance dans la crainte et le respect.

Et pour achever de nous rassurer, Dieu nous rappelle que le projet qu’il a pour nous, le projet pour lequel il nous rempli de zèle et pour lequel il nous équipe, ce projet est un projet plein d’amour.

Quel merveilleux message, quelle belle exhortation de l’apôtre Paul ici. Faites fructifier votre salut, avec crainte et respect, sans vous plaindre et sans discuter. Mais ne sombrez pas dans la peur. Parce que c’est Dieu lui-même qui agit en vous, pour produire à la fois le vouloir et le faire conformément à son projet plein d’amour.

Ici on a tout. Tout pour remercier Dieu du cadeau merveilleux qu’est le salut en Jésus-Christ. Tout pour ne plus avoir peur, mais pour que le cœur rempli de l’Esprit du Seigneur nous puissions nous lever, nous mettre en marche pour obéir à Dieu, et faire fructifier notre salut !

On a tout sauf une chose. Il nous manque la réponse à la question qu’on a laissée en suspend tout à l’heure : Comment est-ce qu’on peut faire fructifier notre salut ? Comment est-ce que ce salut qui est déjà parfait pourrait devenir quelque chose de plus grand encore ?

  • Porter la Parole de vie.

Et bien on trouve ça à la fin de notre passage, et je terminerai par ça. En effet pour nous expliquer ce que veut dire « faire fructifier notre salut », Paul nous dit ces quelques mots « Dans cette humanité, vous brillez comme des flambeaux dans le monde, en portant la Parole de vie. ».

Le cadeau que nous avons reçu de Dieu. Cette Évangile, cette Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ que nous avons reçu gratuitement, il nous faut l’apporter dans le monde, ne pas le garder juste pour nous, enterré ou caché dans un coin. Mais il nous faut l’annoncer, le faire briller haut et fort comme un flambeau dans un monde obscur.

Voila la mission que le Seigneur nous confie. Voila ce en quoi nous nous engageons en tant que disciples du Christ. Avec crainte et respect, sans nous plaindre et sans discuter, mais avec le zèle de l’Esprit de Dieu en nous et grâce aux dons qu’il nous accorde, nous devons apporter au monde la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ. Parce qu’Il est le chemin, Il est la vérité, Il est la vie.

Cette mission, on peut l’accomplir dans notre vie de tous les jours, auprès de nos proches, de notre famille, de nos amis. Certains, comme les membres d’Heroic Nation, ont reçu du Saint-Esprit des dons qui leur permettent d’apporter ce message loin de chez eux, devant des 10ène ou des 100ènes de personnes ! Mais c’est également une mission à laquelle nous devons travailler tous ensemble, dans l’Église, dans ce peuple que Dieu a uni.

Aujourd’hui dans notre Union d’Eglises, c’est un dimanche un peu spécial, c’est un dimanche où toutes les églises de notre Union veulent sensibiliser leurs membres à l’importance de l’évangélisation. Et nous, nous désirons faire la part que Dieu attend de nous dans cette œuvre. Notamment cet après-midi, les liens qui existent entre les églises évangéliques des environs nous ont permis d’organiser un temps de louange et d’évangélisation avec Heroic Nation, et ça aura lieu donc cet après-midi à 16h à l’ADD d’Antibes, avenue des Chataîgniers.

Mais les évangéliques que nous sommes ne sont pas les seuls dépositaires de cette mission. C’est l’ensemble des croyants, l’ensemble du peuple de Dieu qui en est dépositaire. Et les liens qui existent entre toutes les églises chrétiennes de notre ville nous ont amené à organiser demain soir à 19h30 un évènement d’évangélisation dans notre ville, dans la rue, en plein cœur de Cannes, près du kiosque à côté de la mairie. Et ce concert sera également avec la participation d’Heroic Nation, mais aussi celle du groupe No Longer Music qui vient pour la 1ère fois en France spécialement pour l’occasion.

Nous on organise, les 2 groupes vont apporter l’Évangile, et on prie pour que le Saint Esprit touche les cœurs. Mais nous pouvons, nous devons faire plus. On peut pas se cacher derrière des groupes comme Heroic Nation en disant que nous on a pas leurs dons, alors on reste chez nous. Eux viennent interpeller, le Saint-Esprit convainc les cœurs, et nous nous DEVONS entourer les personnes, être présents pour discuter avec eux, pour créer un lien, prendre un contact, inviter à prendre un café pour continuer à parler du Christ, inviter dans un groupe de maison pour rencontrer d’autres croyants, inviter à venir au culte pour participer à la louange, la prière, l’enseignement et la communion. Ca nous POUVONS le faire. Mais plus encore, nous le DEVONS.

Et en toute chose, gardons à cœur les paroles de l’apôtre Paul. Faites fructifier votre salut, avec crainte et respect, sans vous plaindre et sans discuter. Dans cette humanité, brillez comme des flambeaux dans le monde, en portant la Parole de vie. Mais ne sombrez pas dans la peur. Parce que c’est Dieu lui-même qui agit en vous, pour produire à la fois le vouloir et le faire conformément à son projet plein d’amour.

Amen.

0 Comments

Add a Comment