Présentation et partage d'infos sur notre Eglise

Quand Dieu travaille de nuit – Culte de Pâques

Le culte est aussi disponible en vidéo:

Bricolage proposé aux enfants:

http://www.momes.net/Bricolages/Objets-a-fabriquer/Decoration-a-faire-soi-meme/Bonhomme-oeuf-lentilles

https://www.youtube.com/watch?v=40XVl8BhG40

Pour aider le SEL:

https://www.selfrance.org/secours-urgence/urgence-coronavirus/

Avec toi, Seigneur, tous ensemble

Refrain :
Avec toi, Seigneur, tous ensemble,
Nous voici, joyeux et sûrs de ton amour.
Tu nous as rassemblés dans la joie de ta présence,
Et c’est toi qui nous unis.

1. C’est toi qui nous unis ;
Ton amour a fait de nous des frères.
Tu es vivant au milieu de nous.      Refrain

2. O Christ ressuscité,
Nous chantons la vie que tu nous donnes.
Tu es vivant au milieu de nous.      Refrain

3. Tu donnes ton amour ;
Ton esprit fait vivre ton Eglise.
Tu es vivant au milieu de nous.      Refrain
(M.D., M. Debaisieux, JEM 241)

Jésus est ressuscité

1. Pourquoi parmi les morts, chercher les vivants ?
Jésus est ressuscité !
Comme la lumière du soleil levant,
Jésus est ressuscité, Alléluia, Jésus est ressuscité !

2. Que la terre entière sache la vérité,
Jésus est ressuscité !
Comme la vie nouvelle qu’Il nous a donnée
Jésus est ressuscité, Alléluia, Jésus est ressuscité !

3. L’ennemi est vaincu, il est terrassé,
Jésus est ressuscité !
A Lui la victoire, nous sommes libérés
Jésus est ressuscité, Alléluia, Jésus est ressuscité !

4. Nous voyons Sa gloire dans tout l’univers,
Jésus est ressuscité!
L’image parfaite du Dieu notre Père
Jésus est ressuscité, Alléluia, Jésus est ressuscité !

5. Acclamons Jésus, Il a vaincu la mort !
Jésus est ressuscité!
Dansons et chantons car Il est le plus fort
Jésus est ressuscité, Alléluia, Jésus est ressuscité !

6. Pourquoi parmi les morts, chercher les vivants ?
Jésus est ressuscité !
Comme la lumière du soleil levant,
Jésus est ressuscité, Alléluia, Jésus est ressuscité !
(Pat Berning JEM 770)

Lumière du monde

1. Lumière du monde venue dans l’obscurité,
Tu m’ouvres les yeux et je vois
Tant de beauté que mon cœur ému t’adore
Je sais que ma vie est en toi.

Refrain :
Et me voici pour louer, me voici à tes pieds,
Me voici pour dire : « Tu es mon Dieu .»
Car tout en toi est beauté, tout en toi est grandeur,
Tout en toi est merveilleux pour moi.

2. Roi éternel, élevé au-dessus de tout,
Ta gloire resplendit dans le ciel.
Tu es venu humblement sur cette terre,
Tu t’es donné par amour.   Refrain

Et je ne pourrais imaginer le prix payé pour mon péché.
Non, je ne pourrais imaginer le prix payé pour mon péché.      Refrain
(Tim Hughes, JEM 788)

Quand Dieu travaille de nuit

Le titre de la prédication en ce dimanche de Pâques est un peu particulier « Quand Dieu travaille de nuit ». Vous allez comprendre, du moins je l’espère !

Les nuits plus belles ?

Il y a quelques années un film est sorti qui s’intitulait « Mes nuits sont plus belles que vos jours ». Je ne l’ai jamais vu et je pense que je n’ai rien manqué, mais j’ai trouvé ce titre assez intriguant. Comment la nuit pourrait elle être plus belle que le jour ? Alors tout dépend de ce qu’on fait la nuit mais il me semblait quand même que mes nuits (surtout les fins de nuit !) étaient en général un peu plus difficiles que mes jours. Tout se discute !

Mais en même temps, à y regarder de plus près, il y aurait quand même une part de vérité dans le titre de ce film, une part de vérité biblique même. Il y a dans la Bible de belles nuits ou de belles choses qui se passent la nuit !

Les nuits de Jacob

Il y a ces deux histoires de Jacob dont nous avons parlé en janvier ici même: Bethel et Péniel, des endroits et des moments charnières dans la vie de Jacob le tordu. Et toutes les deux, l’échelle et la lutte, se passent la nuit. Dieu semble profiter de la nuit pour manifester sa présence et renouveler ses promesses d’une manière toute particulière.

A Bethel en Genèse 28, après avoir rencontré Dieu, Jacob va se lever le matin (après la nuit) prendre une pierre, l’ériger en stèle et va l’appeler Bethel: La maison de l’Eternel !

Et à Péniel, pour la lutte en Genèse 32, nous lisons que « Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. » Et à l’aurore, c’est un homme transformé et humble qui s’en va à la rencontre de son frère avec de nouvelles résolutions. Celles du pardon et de la réconciliation. On ne sait pas si les nuits de Jacob sont plus belles que ses jours, mais en tous cas il s’en passe des choses durant les nuits de Jacob et des choses plutôt intéressantes.

La nuit des bergers

Un peu plus tard, c’est la nuit que des bergers furent surpris en plein pâturages par un ange qui leur annonce une bonne nouvelle. Dans la ville de David il s’est passé quelque chose, une naissance porteuse d’espoir. Ils eurent peur mais pas tant de la nuit, plutôt de l’intervention d’en haut, pour eux, petits bergers de rien du tout.  « Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. » Une nuit mémorable pour les bergers. Un nuit qui va changer leur monde et le monde !

La nuit des disciples

Un peu plus tard encore, c’est la nuit des disciples : alors qu’ils sont dans la 4ème veille de la nuit c’est-à-dire entre 3 et 6 heures du matin, alors qu’il rament depuis le soir contre des vents et des courants contraires et qu’il sont épuisés. Les disciples voient apparaitre dans le noir leur maitre qui marche sur les eaux, ils ont peur car ils croient voir un fantôme. Durant la nuit tout prend des proportions extravagantes, mais Jésus les rassure : « N’ayez pas peur, c’est moi. Puis il monta auprès d’eux dans la barque et le vent tomba. » Une sortie nocturne mémorable !

La nuit de Jésus

Et puis il y a cette nuit dans le jardin de Gethsémané, une nuit d’angoisse pour Jésus où il lutte avec ses peurs. Une nuit terrible mais une nuit qui débouche aussi sur une détermination renouvelée. « Levez vous et allons y ! » Même les nuits d’’angoisse sont porteuses d’espoir.

Vous vous demandez peut-être quel est le rapport entre la nuit et Pâques et en particulier avec le dimanche de Pâques et la résurrection?

La nuit de la résurrection

Et bien il est direct, c’est qu’à Pâques aussi Dieu travaille la nuit ! Dieu fait son œuvre la nuit. C’est un pasteur allemand qui nous l’a fait remarquer. Alors que les femmes arrivent au tombeau à l’aube, le tombeau est déjà vide ! Et donc Jésus est déjà ressuscité et même si on ne peut dater la résurrection très exactement, on doit conclure que Jésus est ressuscité la nuit ! Il faudrait plutôt parler de « la nuit de la résurrection » plutôt que du matin de la résurrection. Et effectivement, la découverte par les femmes et ensuite par les apôtres a lieu le matin et c’est comme un jour nouveau porteur de belles promesses qui s’annonce et tout cela reste vrai : que cette lumière de la résurrection vient éclairer la nuit de nos peurs.

Mais la résurrection a eu lieu la nuit, parce que Dieu fait son ouvrage de nuit, parce qu’il ne « sommeille ni ne dort celui qui te garde » comme nous l’avons lu tout à l’heure dans le Psaume 121. Et il travaille dans nos nuits également. Elles sont aussi des zones de transformation, d’illumination, des temps où la présence de Dieu comme pour Jacob devient palpable, des temps de décisions pour lui. Nos nuits ne sont pas si ténébreuses que cela ! Un Psaume le dit, un Psaume qui parle de fuite. D’un homme qui cherche à fuir Dieu…Où fuirais-je loin de ta face, dans la nuit ? « Même les ténèbres ne sont pas ténébreuses pour toi ! » (Psaume 139).

Dieu œuvre dans nos nuits les plus sombres. Alors quand on parle de ces nuits-là on ne parle pas seulement de ces nuits horaires entre 23h00 et 7h00 du matin pour donner une moyenne, mais on parle de ces nuits où l’on ne voit rien bouger dans sa vie, où tout semble perdu d’avance, où la souffrance prend le pas sur l’espérance, où le désespoir nous gagne petit à petit, ces périodes (comme celle que nous vivons actuellement) où Dieu semble absent de la scène, où nos questions et nos interrogations sont plus nombreuses que nos certitudes. Et bien Dieu travaille dans ces nuits-là.

Pour nuancer je distinguerais deux sens à ce travail nocturne de Dieu.

1. Dieu travaille secrètement

Dieu travaille dans nos nuits cela veut dire que Dieu travaille secrètement, mystérieusement, dans l’ombre de nos vies. Comme pour Jacob, on ne comprend pas bien ces deux histoires, il y a quelque chose de mystérieux qu’il n’est pas possible de cadrer et d’expliquer, cela se passe la nuit, entre rêve et réalité mais une chose est sûre c’est que Dieu transforme non pas jour après jour, mais nuit après nuit, ce Jacob qui a pris un mauvais départ dans la vie. Dieu le travaille au corps à corps, de cœur à cœur. Pas en pleine lumière, mais dans les nuits de Jacob. Et de la même manière, Dieu fait son chemin dans nos nuits. Dieu travaille mystérieusement et secrètement dans la vie de ceux qui lui ouvrent la porte de leur intérieur même petitement ou timidement. Cette œuvre de Dieu ne se voit pas de l’extérieur, ne s’explique pas avec des mots, ne s’étale pas sur les réseaux sociaux mais il est à l’œuvre.

Poème

J’aime la nuit, dit Dieu
La nuit, c’est mon lieu de travail
Je peux veiller sur ma création.

J’aime la nuit, dit Dieu
La nuit, c’est le lieu de mon repos
Je regarde dormir les hommes
Je murmure dans leur cœur…
Mon amour inconditionnel
Mais doucement….
J’aime la nuit, dit Dieu
La nuit, c’est le lieu de mon attente
J’attends la réponse à mon cri: « Je t’attends ! …

J’aime la nuit, dit Dieu,
La nuit, c’est le temps du retour
Comme un matin de Pâques
J’attends l’heure du grand rendez-vous
J’attends l’heure des Pâques éternelles

J’aime la nuit, dit Dieu
La nuit, c’est le grand jour
Le jour des noces éternelles
Il y a une nuit,
Il y un matin
Et je vois que cela est très bon !
(Claude Tricoire, février 2014)

Et j’aime bien cette dernière phase qui fait référence à la création, il eut un soir, il y eut un matin et Dieu était à l’œuvre. Dans sa création et sa re-création, dans la résurrection.

2. Dieu travaille alors qu’il nous semble que rien ne se passe

Dieu travaille dans nos nuits cela veut dire que Dieu travaille alors qu’il nous semble que rien ne se passe. J’ai beaucoup aimé cette phrase du directeur du SEL Patrick Guiborat qui parlait il y a quelques jours de l’épidémie. Il terminait son petit mot en disant : « Nous cherchons notre assurance en Dieu et sommes convaincus qu’il est à l’oeuvre même là où nos yeux ne le discernent pas encore. » Même si nous ne le voyons pas, même si nous ne comprenons pas, Dieu est à l’oeuvre dans cette nuit que le monde entier traverse.

Vous savez, je ne suis pas très porté sur les traditions même chrétiennes mais il me semble qu’entre le vendredi saint et le dimanche de Pâques, il y a quand même le samedi. le samedi saint. C’est paraît-il le jour de l’incertitude et du silence. Un jour en suspens. Pour les disciples c’est effectivement un jour où rien ne se passe, mais c’est en fait le jour où tout se passe, le matin de Pâques se prépare dans la nuit de Pâques. C’est quand il nous semble qu’il ne se passe rien que le Seigneur est à l’œuvre. Qu’il prépare la vie nouvelle.

Je repense à ma mère, partie en 2011, après une maladie d’un an. Durant les deux dernières semaines, elle était dans le coma à l’hôpital Saint Luc de Bruxelles. Ma sœur et moi l’avons veillée. Surtout ma sœur mais j’ai essayé de le faire malgré la distance (j’étais alors à Pau) . Lorsque j’étais à son chevet, j’avais l’impression que rien ne se passait. J’essayais de lui parler mais je me trouvais vite à cours. Ce ne furent pas des moments très lumineux pour moi. Mais en regardant en arrière, je me dis que Dieu était de garde auprès de ma maman dans sa nuit, et que « même les ténèbres n’étaient pas ténébreuses pour Lui ». En plus de cela, j’ai pris conscience que Dieu était à l’œuvre dans la vie de ma maman ! Qu’Il lui préparait, dans la nuit de son coma, un corps de résurrection pour le matin. Qu’il la préparait pour ce matin de sa résurrection où elle allait revêtir un corps nouveau pour une vie éternelle dans la gloire de Celui en qui elle avait placé toute sa confiance et sa foi d’ardéchoise au coeur fidèle.

Dieu nous prépare à la résurrection

Et Dieu nous prépare tous à cela quelle que soit la profondeur de notre nuit. Il nous prépare durant toute notre vie, avec tous ces moments qui nous paraissent bien sombres, il nous prépare à ce matin lumineux de la résurrection. Comme pour ces femmes qui arrivent au petit matin qui trouvent le tombeau vide et qui entendent deux étrangers un peu bizarres leur dirent : « Pourquoi chercher le vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici. » Il est déjà ressuscité. Dieu a fait son œuvre dans la vie de son fils.

Et cette œuvre il veut la faire en nous. La parole nous dit que la résurrection de Jésus vient comme les prémices de nombreuses résurrections. Les prémices (le seul mot en français qui n’existe qu’au pluriel) c’est à dire les premiers fruits d’une récolte qui sera abondante. Ce qui veut dire que comme Jésus est ressuscité, nous aussi nous allons connaitre cette résurrection. Qui ne sera pas une résurrection spirituelle, qui ne sera pas non plus un prolongement de vie dans le souvenir de nos descendants. Non, Dieu nous parle d’une résurrection du corps, d’un corps renouvelé, identifiable et personnel avec un avenir sur une terre elle aussi transformée et non pas dans un ciel sans consistance et sans intérêt. C’est là notre espérance, c’est à cela que Dieu nous prépare dans les nuits de nos vies. Cette espérance repose sur du solide, sur une affirmation qui ne laisse planer aucun doute : Il est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Il est vivant, la mort est vaincue, le jour est là! Le tombeau vide est rempli de promesses ! Alleluia !

En Jésus seul

1. En Jésus seul est mon espoir,
Lui, ma lumière, ma force, mon chant,
Pierre angulaire, solide rempart,
Même quand l’orage devient violent.
Oh, quel amour ! Oh, quelle paix !
Les luttes cessent, la peur se tait.
Mon réconfort, mon plus grand bien,
Dans l’amour du Christ je me tiens.

2. En Jésus seul, Dieu s’est fait chair,
Dans un enfant, oh, quel mystère !
Ce don d’amour, de sainteté,
Haï par ceux qu’il vint sauver.
Jusqu’à la croix il s’est livré,
Sur lui la colère est tombée.
Tous mes péchés, il les a pris ;
Par la mort de Jésus je vis.

3. Là, dans la tombe, il reposait,
Lumière vaincue par les ténèbres.
Quel jour glorieux ! Il apparaît,
D’entre les morts il se relève.
Et sur ma vie, par sa victoire,
Le péché perd tout son pouvoir.
Il est à moi, je suis à lui,
Racheté par le sang du Christ.

4. Je vis en paix, je meurs sans crainte,
Gardé par la puissance du Christ.
Du premier cri au dernier souffle,
Jésus est maître de ma vie.
Les plans des hommes ou du malin
Ne peuvent m’arracher de sa main.
Et qu’il revienne ou me rappelle,
Par la force du Christ je tiendrai.
(Stuart Townend – Keith Getty – LTC  ASA 360)

A toi la gloire

 1. A toi la gloire, ô ressuscité !
A toi la victoire pour l’éternité !
Brillant de lumière, l’ange est descendu.
Il roule la pierre du tombeau vaincu.

Refrain:
A toi la gloire, ô ressuscité !
A toi la victoire pour l’éternité !

2. Vois-le paraître : c’est lui, c’est Jésus,
Ton sauveur, ton maître, oh ne doute plus !
Sois dans l’allégresse, peuple du Seigneur
Et redis sans cesse que Christ est vainqueur. Refrain

3. Craindrais-je encore ? Il vit à jamais
Celui que j’adore, le prince de paix.
Il est ma victoire, mon puissant soutien
Ma vie et ma gloire : non je ne crains rien. Refrain

(G.F. Haendel – E.L. Budry)