Présentation et partage d'infos sur notre Eglise

Quand Il arrive en ville… Culte des Rameaux

5Le culte est aussi disponible en format vidéo:

Dans ta maison
(Pat Berning)

Je veux, mon Dieu de tout mon cœur te remercier et te louer,
Et devant les grands de ce monde te proclamer, te glorifier,
J’irai, Seigneur, dans ta maison, chanter ton nom, ô Eternel,
Pour ton amour, ta vérité et ta bonté toujours fidèle.

L’accomplissement de tes promesses a dépassé mes plus beaux rêves.
Ta parole remplie de sagesse me réconforte et me relève.
Je me prosterne dans ta maison, devant ton trône pour t’adorer.
À Toi, l’honneur et la puissance, dans ta présence je veux rester.

Lorsque je passe par la détresse, tu me préserves de l’ennemi,
Et malgré toutes mes faiblesses, tu renouvelleras ma vie.
Tu agiras en ma faveur, toi, le Sauveur de l’univers.
N’abandonnes pas tes créatures, garde-nous sûrs auprès du Père.
J’irai, Seigneur, dans ta maison, chanter ton nom, ô Eternel,
Pour ton amour, ta vérité et ta bonté toujours fidèle.

Ta bienveillance
(Chris Christensen – Thierry Ostrini)

1. J’écouterai ce que dit Dieu car il est droit pour qui l’écoute
Sa paix divine est sur tous ceux qui vont à lui
Quand vient le doute fidèlement je veux le suivre
Je veux marcher dans ses sentiers.
Il est la main qui me délivre de la folie de mes projets.

Refrain :
Ta bienveillance, ô Eternel
Vaut mieux que tout ce que j’ai vu
Ma délivrance est sous ton aile
Sur le rocher de ton salut.

2. Sa gloire est proche son règne vient et le pays est apaisé
Lorsque la crainte est en chacun
Lorsque son nom est exalté
Marchons en paix suivant son pas
En justice et en vérité recevons tout ce qu’il voudra
Ce que sa main veut nous donner.
Refrain

Hosanna
(Paul Baloche)

1. Un chant s’élève, les yeux se tournent vers toi, se tournent vers toi.
L’espoir renaît, les cœurs soupirent après toi, oui, après toi.
En te voyant, nous retrouvons la force de vivre.
Quand nous sommes en ta présence,
Nos craintes fuient, elles s’enfuient.

Refrain :
Hosanna! Hosanna!
Tu es le Roi, le Sauveur,
à Toi la gloire et l’honneur.
Hosanna! Hosanna!
Nous t’accueillons parmi nous,
sois le bienvenu, ô Jésus.

2. Entends le son des cœurs qui reviennent à toi, reviennent à toi.
Dans ton Royaume, les vies brisées sont restaurées, sont restaurées.
En te voyant, nous retrouvons la force de vivre.
Quand nous sommes en ta présence,
Nos craintes fuient, elles s’enfuient.

Quand il arrive en ville…

Marc 11: 1-11

Jésus entre en ville

Nous sommes quelques jours avant la fête de la Pâques, Jésus et avec lui des milliers de pèlerins s’avancent vers Jérusalem. Et pour Jésus c’est pratiquement un triomphe. On jette des vêtements ou des palmes sous les sabots de son âne, on crie Hosanna. Y’a de la joie quand Jésus rentre à Jérusalem. Quand il arrive en ville tout le monde ne change pas de trottoir (pour reprendre la chanson de D. Balavoine dans Starmania) au contraire tout le monde l’entoure et l’acclame.

J’aime ce tableau de James Ensor, un peintre belge qui a peint l’entrée de Jésus à Bruxelles. Beaucoup de gens, beaucoup de couleurs, beaucoup d’animation. SI on devait peindre l’entrée de Jésus à Cannes en cette période de Pâques 2020, le tableau serait bien différent. Mais Jésus y rentrerait quand même et qui sait si l’ambiance n’en serait pas changée ?

Mais quand on y regarde de plus près pour Jérusalem, tout le monde n’est pas dans la même exubérance. Un peu avant l’entrée triomphale, Jésus a briefé les disciples sur la suite des événements (Marc 10:32). Le récit nous dit qu’ils étaient dans l’angoisse et dans la peur. Le mot traduit par angoisse veut aussi dire « choqué » ou être sous le choc. Un mot de la même racine mais amplifié sera repris quelques chapitres plus tard (14) pour décrire les émotions de Jésus dans le jardin de Getsémané. Non, quand Jésus arrive en ville, ce n’est pas la joie pour tous le monde. En définitive, cette entrée dans la ville n’est pas si joyeuse que cela! Le contraste en tous cas est énorme entre la peur des disciples et la joie de la population. Peut-être parce que les attentes de la populations sont elles aussi énormes.

Une ville en attente

Oui, la ville de Jérusalem, comme toutes les villes, comme tout le monde, attend quelque chose de la vie. Ici l’attente est particulière. Elle est liée à la situation politique et religieuse du pays et de la ville, Jérusalem, le lieu où selon la Thorah, l’Eternel a décidé de faire résider son nom. Mais pour l’instant se sont les romains qui résident à Jérusalem et qui dirigent tout, y compris la vie religieuse, la vie intime, en fait toute la vie du peuple juif. La communauté juive a droit à un grand prêtre mais il doit être approuvé par les autorités romaines. Et pour ne pas qu’il se sente pousser des ailes de révolte, ses vêtements de cérémonie sont enfermés dans une tour gardée par les romains. Il peut les avoir pour la Pâques et d’autres fêtes religieuse mais seulement s’il se comporte bien. Gare à lui s’il ne fait pas ce que Rome lui dit !

Ses habits sont enfermés dans la forteresse Antonia construite tout près du temple de Jérusalem. Elle est immense avec ses 14 colonnes. Elle est gardée en permanence par 600 soldats. Le message est clair à tous les pèlerins venus à Jérusalem « Levez les yeux et vous verrez scintiller les pointes des lances de nos soldats, levez les yeux et vous verrez que votre temple est dans l’ombre de notre impérial monument . Levez les yeux et puis rabaissez-les. Marchez à l’ombre ! »

Mais quand Jésus arrive sur son ânon, la population de Jérusalem voit une lumière et reprend espoir. Ils se souviennent alors (mais l’avaient-ils oublié ?) que le messie, le fils de David va libérer Jérusalem et lui redonner tout sa gloire d’antan.

Le prophète Zacharie  (9:9) nous revient en mémoire : « Sois transportée d’allégresse, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! Voici, ton roi vient à toi; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d’une ânesse. »

Et il vient, il est là devant nos yeux ! Ce Jésus de Nazareth qui a déjà guéri tant de personnes, sa réputation le précède, il est là et il est monté sur un âne comme c’était écrit. C’est bien lui le messie qui devait venir, humble et victorieux. Hosanna au plus haut des cieux !

Une suite des événements surprenante

Jésus ne dit rien, il n’est pas contre les applaudissements. C’est lui même qui a organisé cette entrée et le choix de l’âne. Oui, c’est bien lui le messie, le sauveur, il vient pour changer les choses ! Mais il va nous surprendre dans la suite des événements. On aurait pu s’attendre à ce qu’il se dirige vers la forteresse Antonia pour affronter l’envahisseur impie, peut-être en organisant une manifestation ou au moins un sit-ing en guise de protestation. Un peu comme David contre Goliath. Quand il arrive en ville, les romains devraient changer de trottoir ! Mais non, Jésus prend une direction surprenante, il va vers le temple, il va au coeur de la foi juive. Il ne cherche pas à rencontrer les responsables mais il observe simplement ce qui s’y passe.

Jésus rentre en plein coeur de nos vies

Et ce qui s’y passe ne lui plait pas trop, à lui le sauveur libérateur. Il y voit toute une série de marchandages sur fond de religiosité et d’hypocrisie. Et nous connaissons l’histoire, Jésus pique une colère, une sainte colère mais une colère quand même ! Il renverse quelques tables et puis j’aime cette petite phrase: « Il ne laissa personne transporter des marchandises dans l’enceinte du temple » Marc 11:16.

Et puis il dira aussi: « Vous avez fait de la maison de l’Eternel une maison de commerce. »

Jésus est déroutant ! Il n’est pas là où on l’attendait. La foule aurait pu lui dire que ce n’était pas le temple le problème, mais la forteresse Antonia juste à côté ! Tu te trompes de cible Messie !

Mais Jésus sait ce qu’il fait. Il connait nos marchandages du cœur qui nous détournent de l’essentiel. Il connait la tentation de chercher autre part qu’en Dieu la paix et la sécurité. En choisissant le temple, il choisit de nous parler de la maison de Dieu, de sa maison même, de sa présence en nous et à nos côtés.

On sait que Jésus autre part s’identifie au temple. C’est lui désormais le temple, le lieu où l’Eternel a choisi de faire résider son nom, le point de contact entre le ciel et la terre.  Et donc en parlant au temple, il nous parle de lui, de sa présence dans nos temples, dans nos maisons ! Et il regarde ce qui s’y passe et nous pose la question de nos priorités. Et il nous invite à ne pas nous encombrer de marchandises inutiles dans l’enceinte de sa présence dans nos vies. Jésus nous appelle nous aussi à nous débarrasser de tout ce qui pourrait faire diversion et à revenir à l’essentiel.  Entrer et vivre dans la présence du Dieu d’amour, dont il est lui-même le magnifique porte Parole, dont il est lui-même le temple.

Jésus rentre à Jérusalem pour y accomplir son oeuvre

Mais la colère de Jésus dure un instant, son amour lui dure à toujours. Cette persévérance dans l’amour va le mener à travers cette semaine tellement difficile. Il l‘avait annoncé à ses disciples avant l’entrée à Jérusalem : « Je suis venu pour servir et donner ma vie en rançon pour beaucoup. » 10:45.  Sa vie à lui, c’est le service.

Quelle est notre attente ?

Mais la question se pose pour chacun d’entre nous. Qu’attendons-nous à l’entrée de notre ville et de notre vie. Un Jésus super héros qui va bouter l’envahisseur hors de France ?  Qui va éradiquer tous nos malheurs d’un coup ? Un Jésus magicien ? Ou Jésus le serviteur qui vient humblement sur son âne. Un Jésus serviteur qui lave les pieds de ses disciples en signe d’amour et qui nous demande d’en faire autant. Un roi serviteur qui vit l’angoisse et la détresse dans le jardin de Getsémané. Ce n’est pas celui que l’on attendait peut-être mais c’est celui qui vient au coeur de notre vie.

Mais parce que Pâques approche, on peut dire que la prophétie de Zacharie 9 s’accomplit pleinement. Il est le roi humble et victorieux.

– Humble parce qu’il a choisi la voix du service jusqu’au service ultime, le don de sa vie.

– Victorieux parce que le troisième jour, le matin de Pâques, il s’est relevé d’entre les morts, le tombeau n’a pas pu le retenir, c’est la victoire de la vie.

Il est le roi humble et victorieux !

Hosanna à Dieu au plus haut des cieux !

Amen

Tu es venu jusqu’à nous

1. Tu es venu jusqu’à nous quittant la gloire de ton ciel.
Tu es venu pour servir donnant ta vie pour nous sauver.

Refrain :
Dieu tout-puissant, Roi serviteur,
Tu nous appelles tous à te suivre et à t’offrir nos corps en sacrifice à toi l’honneur, Roi serviteur.

2. Dans le jardin de douleur, où mon fardeau brisa ton cœur.
Tu dis à Dieu dans ta peine : « Ta volonté et non la mienne ».
Refrain

3. Voyez ses mains et ses pieds pour nous témoins du sacrifice.
Les mains qui tenaient la terre se livrent aux clous de la colère.
Refrain

4. Apprenons donc à servir, en laissant Christ régner en nous,
Car en aimant nos prochains c’est Jésus-Christ que nous servons.
Refrain

Notre Père
(EXO)

Notre Père (notre Père)
Qui es aux cieux (qui es aux cieux)
Que ton nom (que ton nom)
Soit sanctifié (soit sanctifié)
Que ton règne (que ton règne)
Vienne (vienne)
Que ta volonté soit faite
Sur la terre comme au ciel (comme au ciel)
Donne-nous (donne-nous)
Notre pain (notre pain)
Aujourd’hui (aujourd’hui)
Et demain (et demain)

Pardonne-nous (pardonne-nous)
Nos offenses (nos offenses)
Comme nous les pardonnons (comme nous les pardonnons)
À tous ceux qui nous ont offensés
Ne nous soumets pas
À la tentation
Mais délivre-nous du mal

Car c’est à toi qu’appartiennent
Pour les siècles des siècles
Le règne, la puissance et la gloire
Le règne (le règne)
La puissance (la puissance)
Le règne, la puissance et la gloire  (X3)
Amen