Présentation et partage d'infos sur notre Eglise

Le repos

  • Introduction

Nous aurons encore l’occasion de nous rappeler de l’œuvre du Christ à la croix tout à l’heure durant la Cène.

Mais en attendant, aujourd’hui est un jour un peu particulier, parce que c’est la fin d’une période, et le début d’une autre. En effet nous sommes le 4ème et dernier dimanche de l’Avent. Cette période d’attente, de souvenir, de réflexion et de réjouissance qui doit nous conduire vers Noël, vers la célébration de la venue au monde de notre Sauveur. Cette période se termine aujourd’hui. C’est la fin d’une attente, c’est la fin d’une période.

Mais c’est aussi le début d’une autre période. Nous sommes le 1er dimanche des vacances. Ces vacances tant attendues, au moins par ceux qui ont le bonheur d’en avoir. Parce qu’après une période de travail, il est bon d’avoir un temps de repos.

Le repos. C’est justement un thème qui peut convenir à la fois pour un début de vacances, mais aussi pour un 4ème dimanche de l’Avent. Et c’est de repos dont nous allons parler aujourd’hui. Et pour commencer notre étude de ce thème, j’aimerais qu’on se tourne d’abord vers le tout début de la Bible, avec le récit de la création.

  • Le repos de Dieu.

Alors tout d’abord petit test pour vous. En Genèse 1, ce fameux récit de création, mais qu’on va pas regarder en détail ce matin, dans ce texte il y a combien de jours de création ? Six, effectivement. Le premier jour, Dieu créé quoi ? La lumière qu’il sépare des ténèbres. Le Deuxième jour il créé quoi ? Le ciel et la mer. Le troisième ? La terre sèche et les plantes. Le quatrième ? Les astres, soleil, lune, étoiles. Le cinquième ? Les oiseaux et les poissons. Et le sixième ? Les animaux terrestres et les humains.

Et il y a une phrase, un refrain, qui vient rythmer ces 6 jours de création. C’est quoi ? « Il y eu un soir, il y eu un matin, ce fut le (…) jour ». Premier jours, deuxième jour, etc… Ce refrain vient marquer la fin de chaque jour et le début du suivant.

Alors libre à chacun de comprendre ce texte comme il le souhaite. On peut prendre ce texte comme un récit historique, avec 6 jours de 24h. Personnellement je vois dans ce texte une superbe structure poétique, avec des vers et un refrain, et donc je ne comprends pas ces 6 jours comme un détail historique mais comme une image poétique. Mais c’est pas le propos d’aujourd’hui.

En revanche, on vient de parler de 6 jours. Mais est-ce que le texte ne parle pas d’un 7ème jour ? Si. Et il se passe quoi durant ce 7ème jour ? Et bien nous allons le lire ensemble. On va prendre le texte à partir de la fin du 6ème jour, c’est-à-dire avec le refrain.

Lecture Genèse 1.31-2.3.

Donc comme on a dit, on a un refrain qui vient marquer la fin du 6ème jour et le début du 7ème, il y eu un soir, fin du 6ème jour, et il y eu un matin, début du 7ème jour.

Alors on va se poser 2 questions : Qu’est-ce que c’est que ce repos de Dieu ? Qu’est-ce que c’est que ce 7ème jour ?

  • Qu’est-ce que ce repos ?

Tout d’abord, qu’est-ce que ce repos ? Bien évidemment ce repos n’est pas comme le nôtre. Nous, on se repose quand on est fatigué. Épuisé. On a trop travaillé, ou on a pas assez dormi, parfois les deux, alors on a besoin de se reposer.

Mais Dieu, lui qui est tout-puissant et infini, il ne se fatigue pas. Il ne dort pas. « Il ne sommeille ni ne dort » nous dit le Psaumes 121.

L’acte de création, pour Dieu ce n’est pas un effort. Le texte de Genèse 1 nous montre justement ça comme quelque chose de simple pour Dieu. Il créé et les choses sont, tout simplement.

Alors pourquoi parler de repos ? Et bien tout simplement parce que le gros de l’œuvre de création est réalisée, Dieu ne va pas le refaire, c’est fait, il trouve cela très bon, alors il en fait pas plus.

Pour autant, Dieu n’arrête pas toute activité. Un simple coup d’œil à la Bible, et on se rend compte de l’ampleur des interventions de Dieu dans notre histoire. Notamment celle dont nous nous souvenons durant la période de l’Avent : l’incarnation, Dieu qui se fait homme en Jésus-Christ.

Mais une partie de l’œuvre de Dieu est achevée, tout est très bon, et maintenant Dieu va continuer à agir, mais non pas pour créer. Il va agir dans sa création. Sur sa création. Pour sa création.

  • Qu’est-ce que le 7ème jour ?

D’ailleurs, est-ce que vous ne remarquez pas un truc qui manque dans le texte ? Est-ce qu’il y a un truc qu’on trouve les 6 autres jours, mais pas le 7ème ? Le refrain. « Il y eu un soir, il y eu un matin ». Ce fameux refrain qui vient marquer la fin de chaque jour. Pour le 7ème jour, il n’y est pas. Comme si de manière poétique Dieu montrait que ce 7ème jour, le jour du repos de Dieu, n’avait pas de … fin.

Et bien c’est le cas. Ce 7ème jour, ce jour du repos de Dieu ne se termine pas dans le texte, tout simplement parce qu’il n’est toujours pas terminé. Le 7ème jour, c’est le jour où Dieu va continuer à agir, mais non pas pour créer. Il va agir dans sa création. Sur sa création. Pour sa création.

C’est cela le sens du repos pour Dieu. Après une œuvre de création pure, Dieu va maintenant entrer en relation avec sa création. Après avoir terminé sa création par l’être humain, Dieu va maintenant entrer en relation avec les humains. Et ce temps durant lequel Dieu nous appelle à le rejoindre dans une relation personnelle, et bien ce temps n’a pas de fin. Il dure encore aujourd’hui.

Aujourd’hui encore nous sommes dans ce 7ème jour poétique. Nous vivons le temps de repos de Dieu. Ce temps durant lequel Dieu continue à agir mais en faveur de sa création, pour nous. Ce temps durant lequel Dieu veut entrer en relation avec sa création, avec ses créatures, avec chacun d’entre nous.

Le repos pour Dieu, c’est une relation qui n’a pas de fin.

  • Dieu nous appelle à entrer dans son repos.

On comprend alors mieux le sens d’un autre texte, un Psaumes de David, le Psaumes 23 qui nous dit ceci.

Lecture Ps 23.1-3.

Ce texte ne veut pas dire que Dieu a amené David à la campagne pour qu’il se promène dans les champs. Ce texte est lui aussi un poème, plein d’images. David nous dit qu’il vit, en permanence, dans ce repos auquel Dieu nous appelle. Parce qu’il est en relation avec son Dieu. Il s’en remet à lui. Il se confie en lui. Il vit à chaque instant dans la présence de Dieu. Cette présence qui lui apporte le véritable repos. Celui de l’âme.

Alors effectivement Dieu désire également que nous puissions nous reposer physiquement. En effet à l’image de ce repos intérieur que nous vivons dans notre relation avec lui, Dieu a institué un repos physique régulier qu’il désire que nous prenions. C’est le sabbat, ce jour de non-travail.

C’est un jour pas forcément fixe, heureusement pour nous qu’il y a des gens qui travaillent même le weekend, comme le personnel médical, les pompiers, les forces de l’ordre, et bien d’autres.

Mais s’il n’est pas forcément fixe, ce jour de repos physique doit quand même rester régulier. C’est ce que Dieu désire pour nous.

Le travail est quelque chose de très valorisé dans la Bible. Tout comme l’œuvre créatrice de Dieu est très bonne, et bien l’activité humaine vécue pour la gloire de Dieu est également très bonne. Mais pour Dieu, l’homme ne se limite pas à son activité. Nous n’avons pas un prix aux yeux de Dieu uniquement parce que nous produisons des choses par notre travail.

Mais tout comme l’identité de Dieu ne se résume pas à son rôle de créateur, de même l’identité de l’homme ne se réduit pas à son activité. Il ne sera jamais seulement un ouvrier, un médecin ou un professeur, mais il restera avant tout un être unique avec lequel Dieu veut entrer en relation.

  • Le Christ inaugure le repos de Dieu.

Mais Dieu sait bien que notre paix intérieure est difficile à atteindre. Nous ne pouvons pas trouver nous-même le repos de notre âme. Nous en sommes incapables par nous-mêmes, seuls, à cause du mal qui est en nous, qui nous trouble, qui nous angoisse, qui nous culpabilise et qui nous coupe de Dieu.

Mais le Seigneur désire que nous entrions dans son repos. Que nous vivions pleinement dans sa présence. Et pour cela il a voulu régler définitivement le problème de ce mal qui est en nous et qui nous sépare de Lui. Il a voulu réparer, restaurer la relation qu’il a toujours voulu avoir avec chaque être humain. Et il était prêt à tout pour cela, tant son amour pour nous est grand, infini.

Dieu a envoyé son Fils unique, sur terre. Dieu est devenu un homme, Jésus-Christ, afin de nous parler, de nous révéler qui est Dieu, de nous apprendre à le connaître, et afin de payer à notre place le prix de nos fautes. Tout cela pour nous pardonner, nous déclarer innocent, alors que nous étions coupables. Pour aussi nous adopter, et faire de nous ses enfants, pour être celui que nous pourrions appeler Notre Père. Afin aussi de venir habiter en nous, par son Esprit, pour nous faire gouter à sa présence et nous donner la paix, cette paix intérieure qu’il désire pour nous. Le Christ est venu sur Terre pour nous permettre d’entrer dans le repos de Dieu.

Conclusion.

Nous sommes le 4ème dimanche de l’Avent. Nous terminons aujourd’hui notre attente de l’évènement qu’est la venue du Christ dans le monde. Et en cette fin de période de l’Avent, en ce début de période de vacances, il est bon de se rappeler que le Christ est venu sur terre pour inaugurer le repos de Dieu.

Et j’aimerais juste terminer cette prédication par ces quelques mots du Christ. Cet appel qu’il lance à tout être humain, et qui je l’espère peut nous guider durant ces vacances, durant ces fêtes et durant notre vie entière.

Lecture Mt 11.28-29.

Amen.

0 Comments

Add a Comment